Archives de l’auteur : @dm1n1be

La cancoillotte sur les tables séquanes

La cancoillotte c’est plus de 2000 ans d’histoire(s) gourmandes…

58 avant JC : naissance de la cancoillotte

Pour certains amoureux d’histoire et de terroir, la cancoillotte aurait déjà eu sa place sur les généreuses tables séquanes. Le mot cancoillotte pourrait d’ailleurs provenir de l’expression latine « concoctum lactem« , trouvée dans des écrits romains datant de 58 avant notre ère.

D’où vient le mot cancoillotte ?

Origine, nom, prononciation : tout fait débat dans la cancoillotte (sauf son bon goût !).

La « coille »

Fromage fondu, fromage gaudot (à cause de ses similitudes avec les gaudes refroidies), fromage de ménage et même fromage de femme : la « cancoillotte », a eu pas mal de petits noms ! Il faudra attendre la fin du XIXe siècle pour voir le terme cancoillotte (dérivé du franc-comtois « coille », issu du verbe « cailler ») s’imposer un peu partout dans la région.

[kan-koi-yotte] ou [kan-ko-yotte] ?

Côté prononciation, la cancoillotte fait aussi parler d’elle ! Si on la prononce [kan-koi-yotte] en Haute-Saône, dans le Doubs et le Territoire de Belfort, on entend parfois [kan-ko-yotte] du côté du Jura. Une chose est sûre, une fois en bouche, elle met tout le monde d’accord !

Bientôt une IGP ?

Lorem Ipsum is simply dummy text of the printing and typesetting industry. Lorem Ipsum has been the industry’s standard dummy text ever since the 1500s, when an unknown printer took a galley of type and scrambled it to make a type specimen book. It has survived not only five centuries, but also the leap into electronic typesetting, remaining essentially unchanged. It was popularised in the 1960s with the release of Letraset sheets containing Lorem Ipsum passages, and more recently with desktop publishing software like Aldus PageMaker including versions of Lorem Ipsum.

1840 : À l’origine de la Belle-Étoile

Avant d’être le nom de la cancoillotte préférée des francs-comtois, la « Belle Étoile » est un paisible lieu-dit… où tout a commencé au coin du feu.

Il était une fois, dans une petite ferme de Franche-Comté

Pour comprendre ce qui se cache derrière la cancoillotte, il faut donc remonter plusieurs siècles en arrière, à une époque où les fermiers des vallées de la région avaient coutume de laisser cailler le lait écrémé. Le metton qu’ils obtenaient alors était égoutté à l’aide d’un pressoir, outil indispensable pour fabriquer la fameuse cancoillotte.

Des recettes de famille

Au fil du temps, grâce à des familles viscéralement attachées au terroir, elle est devenue une spécialité fromagère emblématique du pays comtois. Aujourd’hui, c’est l’héritage de l’une d’elles, la famille Poitrey, originaire de Besançon et grande spécialiste du metton, que La Belle Étoile fait perdurer dans chacun de ses pots.

A la cour de Charles Quint

L’histoire de la cancoillotte nous amène ainsi jusqu’en Espagne, à la table du roi.

Une cancoillotte royale

Une légende raconte qu’au XVIe siècle, Nicolas Perrenot de Grandvelle, chancelier puis garde des sceaux de Charles Quint, aurait rejoint le royaume d’Espagne avec, dans son baluchon, un pot de cancoillotte et un morceau de Bleu de Septmoncel, deux spécialités de sa région d’origine : la Franche-Comté. Une manière, peut-être, de faire la cour au roi ou… à la reine ?